Cher M. Le Préfet et M. Le Maire de Lyon 2,

Nous avons environ 9 familles en situation précaire voire à la rue, dont les enfants sont scolarisés à l’Ecole ALIX

Ce sont des enfants de 2,5 ans, 4 ans, 7 ans ou plus, qui, chaque soir, rentrent dormir dans leur tente, dans leur voiture.

Quand tout va bien dans la famille, que les enfants ont assez mangé et qu’ils ne sont pas malades, alors ils viennent parfois à l’école, sinon non. Ils ne viennent parfois pas pendant plusieurs jours voire semaines.

Pour la famille R., le fils aîné est atteint d’un autisme sévère. La famille est obligée d’aller camper loin des campements peuplés pour que leur fils ne dérange pas les autres familles.

Pour une autre famille, elle a trouvé un logement dans un studio avec une personne âgée. Ils sont donc 4 à dormir tous les soirs dans un endroit étroit. Seulement, ce logement est à Tassin et demande aux enfants de voyager pendant 1h matin et soir. Cette précarité pèse très fortement sur le fils aîné et la tension est croissante dans la famille.

Pour le cas de la famille P., la maman a trouvé refuge avec sa mère et sa fille dans leur voiture à Villeurbanne. Sa mère est malade et suivie à l’hôpital, elle-même ne parle que très peu français.

Chaque histoire est à coucher dehors.

C’est impossible de rester indifférent à cette situation. Combien de temps acceptez-vous de rester dehors quand il fait -2°C comme fin Novembre ? Combien de temps reste-t-on fort, confiant et rassurant, quand les enfants pleurent, qu’ils souffrent et que nous-même sommes fatigués ? Pourriez-vous supporter les mêmes conditions de vie tous les jours avec l’insécurité et la précarité qu’elles impliquent ?

Le Collectif Parents Ecole Alix est une mobilisation solidaire et collective des parents d’élèves de l’école, des enseignants mais aussi des équipes du péri-scolaire pour apporter un soutien à ces familles et appeler d’urgence les pouvoirs publics à trouver des solutions de logement décent pour chacune d’entre elles.

C’est avant tout un combat pour la dignité. Ce n’est ni une affaire politique, ni une affaire religieuse. En revanche, les pouvoirs publiques, c’est-à-dire vous M. Le Maire et M. Le Préfet, sont les acteurs du changement et détenteurs de la solution pour ces familles.Rappelons que l’article L345-2-2 du Code de l’action sociale et des familles stipule que « toute personne sans-abri et en situation de détresse médicale, psychique ou sociale a accès, à tout moment, à un dispositif d’hébergement d’urgence. ». L’accès à un hébergement urgence est donc un droit pour ces neuf familles de l’Ecole ALIX et un devoir de l’État.

 

Laura GUILLON, membre du Collectif Parents Ecole Alix

Alix.solidarite@gmail.com

 

La rédaction

Crée en 2008, la rédaction du Lyon Bondy Blog s'applique à proposer une information locale différente et complémentaire des médias traditionnels.