C’était une rencontre au sommet dans la saison de l’ASUL Vaulx-en-Velin qui recevait ce mercredi 14 février au Palais des sports Jean Capievic, Issy-Paris handball pour les 8èmes de finale de la Coupe de France. Un choc à la David contre Goliath, qui n’a pas connu la même fin que l’épisode biblique puisque l’ASUL s’est lourdement inclinée face à l’expérience parisienne sur le score de 24 à 34.

Entrée des Vaudaises sur le terrain. Crédits: Damien Mounia

La logique a donc été respectée et il n’y aura pas de triomphe du plus petit face au plus fort. Les filles de Romain Conte, évoluant en deuxième division, n’ont pu rivaliser qu’à peine vingt minutes avant de craquer face à des parisiennes pointant à la 4ème place de division 1. Quelque peu à la peine en championnat (8ème place), la Coupe de France devait redonner des couleurs aux Vaudaises. Mais la marche à franchir était, semble-t-il, trop haute, face à des lionnes mortes de faim après leur élimination de la coupe d’Europe.

1ère mi-temps : démarrage sur les chapeaux de roues avant la panne

20 minutes, c’est temps durant lequel les Vaudaises ont montré clairement qu’elles avaient leur mot à dire dans cette rencontre. Sous les encouragements d’un public venu en nombre, l’ASUL trouvait les ressources nécessaires.

Première à trouver le chemin des filets, Tamara Horacek a mis les franciliennes sur de bons rails en à peine 30 secondes de jeu. Côté vaudais, la réponse a été signée Perrine Petiot. Le début de match a été poussif de part et d’autre et les deux équipes se sont répondu coup pour coup. Grâce à sa gardienne Marion Callave, auteure de six arrêts décisifs, l’ASUL a tenu tête à Issy et la différence de niveau ne s’est pas faite sentir : 4-4 au bout de six minutes de jeu. Même sur les contres parisiens, les Vaudaises, à l’image d’Hillary Ikondo, ont été solides en défense. À la 11ème minute, l’ASUL a même pris l’avantage par deux buts d’écart par l’intermédiaire d’Estel-Daniele Memana : 6-4.

À la 21ème minute, alors que Paris avait refait son retard : pour revenir à 10-10, l’ASUL a montré un tout autre visage et laissé la machine francilienne se mettre en route. Tamara Horacek, Déborah Lassource et Melvine Deba ont notamment permis à Issy de mener par 6 buts d’écart, 10-16, à la 29ème minute. Malgré ses bonnes prestations aux cages, Marion Callave n’a pas empêché le manque cruel de lucidité de ses coéquipières en attaque. Malgré un but anecdotique d’Estel-Daniele Memana en toute fin de première mi-temps, les lionnes avaient creusé l’écart.

Score à la mi-temps : 11-16 pour Issy-Paris.

Dans les gradins, un supporter n’a pas caché son fort mécontentement : « je suis dégoûté de cette fin de mi-temps ! On avait bien répondu à Paris en début de rencontre, je me suis dit “c’est bon, on peut le faire”. Puis les filles se sont peu à peu écroulées. Je ne comprends pas, espérons qu’elles se réveillent en deuxième mi-temps ».

 

2ème mi-temps : les Vaudaises subissent la maîtrise francilienne

Malheureusement pour ce supporter, le deuxième acte a été celui du déclin vaudais. Les lionnes ont maintenu leur rythme poussif de fin de première mi-temps et ça a été au tour de Déborah Dangueuger, impeccable sur sa ligne avec 11 arrêts au total, de se mettre en évidence. Trop approximatives dans leurs transmissions de balles, les Vaudaises ont gâché de nombreuses occasions de recoller au score ; 12-18 à la 32ème minute. De son côté, Paris ne s’est pas fait prier pour profiter des maladresses des locales. Issy a assis sa domination grâce à Hanna Oftedal (3 buts), Alice Mazens (3 buts) et Sonja Frey (4 buts) qui permettront à la formation d’Arnaud Gandais de mener de 8 points, 14-22, à la 40ème minute.

L’ASUL a tenté tant bien que mal de résister face aux assauts des visiteuses mais ces dernières ont réalisé une véritable démonstration. Beaucoup plus inspirées en attaque et en défense, elles ont fini par mettre les Vaudaises à 10 points d’écart à la 46ème minute ; 16-26. Le but depuis son propre camp de la capitaine vaudaise Marion Grange à 7 minutes de la fin du match a eu le mérite de redonner le sourire au public, mais n’a pas été suffisant. Issy-Paris a maîtrisé à l’expérience la fin de rencontre et les franciliennes ont donc décroché leur qualification pour les quarts de finale.

Score final : 24-34.

 

Réactions d’après-match

Romain Conte, coach vaudais, s’est montré à la fois énervé et déçu après la rencontre. Une défaite qu’il a en travers de la gorge et qu’il n’arrive pas à expliquer : « à la 20ème minute, on s’est arrêté de jouer. On les a regardées jouer. Je n’ai pas de mots, ça ne s’explique pas. Au niveau sportif, il y a une différence monstrueuse de niveau, c’est sûr. Mais nous, on n’a rien maîtrisé pendant 40 minutes. Le peu de buts qu’on met, c’est sur grand espace quand on veut bien courir, mais dès qu’on ne court pas, on n’existe pas. Je suis très énervé ce soir, mais je tiens quand même à féliciter le public qui a encouragé l’équiper et qui a fait du bruit jusqu’à la fin ».

Côté francilien, Arnaud Gandais, coach d’Issy-Paris explique le mauvais démarrage de ses joueuses par un émoussement dû à un calendrier très chargé et tient également à saluer le combat mené par l’ASUL : « c’était notre treizième match en un mois et demi, donc on savait qu’il y allait avoir un petit relâchement et c’est naturel. Ça a mis un peu de temps à se mettre en route, mais après, on a poussé. Il ne faut pas oublier qu’il y a un écart physique entre les deux équipes, donc on a aussi réussi à tirer notre épingle du jeu. Lyon s’est bien battu, Lyon a fait une belle partie et on a dû être sérieux et rigoureux afin de creuser l’écart ».

Triste soirée donc pour l’ASUL, qui en plus d’une défaite amère, pourra regretter son non-match en fin de première mi-temps qui lui aura couté cher. Place maintenant au championnat avec la réception de Sambre Avesnois Handball dès ce samedi. Aux Vaudaises de ne pas avoir l’esprit obstrué par cette élimination en coupe afin de montrer un tout autre visage en championnat.

 

Résultats des 8èmes de finale :

  • Nice 33-22 Fleury Loiret
  • Octeville-sur-Mer (D2F) 18-25 Toulon Saint-Cyr
  • Saint-Amand-les-Eaux (D2F, VAP) 30-24 Le Havre
  • Chambray Touraine 29-28 Bourg-de-Péage (après la séance de jets de 7m)
  • Nantes 29-23 Dijon
  • Vaulx-en-Velin (D2F) 24-34 Issy-Paris
  • Besançon 28-29 Metz
  • Mérignac (D2F) 22-40 Brest Bretagne