À Lyon, on peut retrouver d’importantes salles de concert, comme la halle Tony Garnier, le Transbordeur, ou encore le Radiant. Le 27 juin au soir, une icône du reggae moderne s’y est produite : Damian Marley.

Actuellement en train de préparer un nouvel album, Damian Marley, fils de la légende du reggae Bob Marley et de la Miss monde 1976 Cindy Breakspeare, était hier soir au Radiant pour proposer une prestation bien à la jamaïcaine.

La soirée ne fait que commencer et la terrasse du Radiant est déjà bondée de personnes se retrouvant pour partager un verre alors que le soleil se couche. À l’intérieur du bâtiment,  l’ambiance est à la fête. Le bar bat son plein, tenue par de nombreuses personnes pour satisfaire les nombreux gosiers assoiffés. À côté de la sortie vers la terrasse, un homme au look de surfeur, soit long cheveux blonds, short et claquettes, tient le stand de merchandising de Damian Marley, proposant t-shirts et bandanas. Le concert est loin de commencer que déjà les fans sont au rendez-vous. Les fans de Junior Gong (le surnom de Damian, dérivé de celui de son père «Tuff Gong »)  sont très diversifiés. Ainsi, on retrouve tout aussi bien des familles avec de jeunes enfants, que des gens plus âgés. Toutes les tranches d’âges étaient présentes. On ne retrouvait  pas ce stéréotype du fan de reggae, en sarouel avec les dreads mal lavées, au look un peu hippie.

Le concert débute avec une demi-heure de retard, vers 20h30 au lieu de 20h, avec des musiciens qui reprennent des instrumentales de Bob Marley. Deux claviéristes, un batteur, un bassiste, un guitariste et deux chanteuses qui se donnent à fond,  jouant pendant que la foule attend impatiemment la star. À la fin d’un morceau instrumental, un vieil homme au look bien reggae, avec sa barbe et sa chemise à fleurs, arrive pour introduire un artiste invité, qui interprète deux titres avec les musiciens, chauffant la salle à souhait. Même s’il quitte la scène après, les musiciens continuent de jouer pour maintenir l’ambiance, et peut-être pour ne pas se refroidir en attendant ‘‘Gongzilla’’.

Le vieil homme le plus reggae de la salle revient ensuite sur scène pour annoncer l’artiste pour lequel certaines personnes se sont déplacées depuis les quatre coins du Rhône : Damian ‘‘Junior Gong’’ Marley.

L’entrée de Damian Marley est assez spectaculaire, avec ses jeux de lumières fabuleux, la pose de se musiciens, et surtout par un homme qui ouvre la marche, agitant fièrement un drapeau aux couleurs verte, jaune et rouge. Le public est en folie, des cris de joie fusent de toutes les bouches alors que l’artiste arrive à peine sur la scène.

Damian débute la soirée avec son célèbre titre «Make it bun dem » , suivit de « Beautiful » que les fans chantent en même temps. Le fils de Marley commence fort, ayant visiblement conquis le cœur de son public. Le  plus jeune fils de Bob Marley enchaîne ensuite avec des chansons de son père tel que « Get up stand up », « Could you be love » et beaucoup d’autres classiques et hits, qu’ils soient de lui ou hérités de son père.

Un concert fantastique dans une salle bien enfumée. Il en faut vraiment peu pour réussir un concert de la sorte, surtout avec un tel artiste. Tout le monde y a trouvé son compte, on pouvait le voir au regard des gens. Le reggae, c’est un peu la musique de l’amour, et il faut le dire, l’amour était au rendez-vous. Damian Marley a réalisé un concert du tonnerre, exposant son talent. Un succès largement mérité.