Tribunal de grande instance de Lyon, comparution immédiate du mardi 31 juillet 2018.  

C’est lundi, aux alentours de 5 heures du matin que Salim et Sofiane ont été aperçu dans le 5e arrondissement de Lyon, un peu trop proche d’une voiture qui ne leur appartenait pas. Ces deux jeunes d’une vingtaine d’années étaient déjà connus des services de police, notamment pour conduite sans permis pour l’un et tous les deux pour vols, ainsi que des faits de violences.

D’accord pour admettre que « c’est une commande », mais donner des noms, Salim ne peut pas le faire, car « ça pourrait créer des problèmes à ma famille et mes proches ». À 24 ans, le jeune homme reconnaît tous les faits qui lui sont reprochés, à savoir : conduite sans permis, tentative de vol de voiture et refus d’obtempérer avec prise de fuite. Il se défend en disant que cette commande est importante et pourrait avoir des conséquences sur une dette d’argent qu’il a. Au détour d’un arrêt maladie et de documents mal remplis, il a fait un emprunt d’argent à la mauvaise personne. Le montant de cet emprunt, il a commencé à le rembourser, mais il augmente chaque jour avec les intérêts.

Sofiane, quant à lui, reconnaît avoir été présent sur les lieux, mais pas d’avoir participé à la tentative de prise de possession du véhicule. Alors que le propriétaire du véhicule a été réveillé par les bruits causés par les deux jeunes, il affirme qu’il y avait deux individus au sein de l’habitacle. Il s’est empressé de descendre de chez lui accompagné de son fils, qui affirme lui aussi avoir vu deux personnes dans le véhicule. La fille du propriétaire, qui habite juste en face, a elle aussi vu les deux jeunes hommes. Sofiane quant à lui affirme avoir patienté sous un arbre à 10 mètres du véhicule.

À l’arrivée des forces de l’ordre, il n’a pas cherché à fuir et a pu être arrêté dans le calme. Salim, de son côté, a pris la fuite au volant de sa Twingo. Il est revenu sur les lieux afin de récupérer un boitier électronique permettant d’ouvrir les voitures, c’est à ce moment-là qu’il a été aperçu par les autorités sur place et il a ainsi démarré une course poursuite avec les agents de police. C’est finalement, devant son domicile qu’il sera interpellé.

Madame le Président rappelle à Sofiane que puisqu’il n’aurait pas participé à cette tentative, il aurait pu tenter de dissuader son comparse et qu’il a fait l’erreur d’être présent sur les lieux. Elle rappelle également à Salim que sa dette n’est finalement toujours pas remboursée et qu’en plus il risque la perte de son CDI.

Alors que le procureur a demandé une peine de 6 mois de prison pour Salim, il en a aussi demandé 3 pour Sofiane. Déjà tous les deux condamnés avec du sursis, celui-ci n’était donc plus possible, ils ont écopés des peines réclamées par le procureur. Sofiane n’a alors pas caché sa colère. En effet, il était jusque-là joueur dans un centre de formation de football du nord de la France et son séjour derrière les barreaux devrait l’empêcher de retourner à temps dans son club.

Originaire de Lyon, il était soutenu par ses proches et c’est à eux qu’il a lancé « C’est une balance » en parlant de Salim. Ce dernier n’a pas tardé à réagir, en lui assénant un coup de tête juste après la sortie du box. Une altercation qui a fait réagir les proches des deux jeunes, tous se sont précipités près du box et à la sortie du tribunal, cette altercation était le sujet de toutes les conversations.