Dans la nuit de ce mardi 17 octobre se tiendra le rendez-vous attendu par tous les fans de NBA : le début de la saison régulière 2017/2018. Une saison qui débutera sous les meilleurs auspices avec un alléchant Boston Celtics – Cleveland Cavaliers. L’occasion pour le LBB de s’intéresser aux Français évoluant dans la plus prestigieuse ligue de basketball. Un chiffre qui s’accroit petit à petit au fil des années, plaçant la France au troisième rang des pays les plus représentés en NBA. Alors pourquoi les Fenchies sont-ils de plus en plus nombreux à évoluer outre-Atlantique ?

Adam Silver serrant la main de Frank Ntilikina, drafté chez les Knicks en 2017

Guerschon Yabusele, le premier français sélectionné lors de la Draft 2016

Une bonne cuvée 2017/2018

13 ! ils seront au nombre de 13 à fouler les parquets de NBA pour cette 72ème saison. Un record ! Avec le Canada, la France fait partie des pays étrangers les plus représentés. Un contingent tricolore dû notamment à de petits nouveaux qui ont fait leur apparition lors de la draft 2017. En plus de la sélection de Frank Ntilikina chez les Knicks de New York en 8eme position de draft, de Mathias Lessort aux 76ers de Philadelphie (2ème tour, 50ème choix) et de Alpha Kaba aux Hawks d’Atlanta (2ème tour, 60ème choix), sont venus s’ajouter à la liste des French Rookie, Guerschon Yabusele et Yakuba “Billy” Ouattara, qui ont signé respectivement aux Boston Celtics et aux Brooklyn Nets.

Si ces derniers auront fort à faire pour grignoter des minutes de temps de jeu et gagner la confiance de leur coach, d’autres avant eux ont su s’imposer et gagner leur place de titulaire dans le 5 majeur. A l’image de Rudy Gobert, auteur d’une saison fantastique l’année dernière (14.0 pts, 12.8 reb et 2.6 blk de moyenne par match) lui valant même la 2ème place des votes pour le titre de meilleur défenseur de l’année 2016/2017 derrière Draymond Green.

La NBA : la référence mondiale du basket

Qu’il est bien difficile pour un joueur de basket de ne pas rêver évoluer un jour en NBA. En termes de spectacle, d’audience, et surtout au niveau de l’aspect financier, la NBA reste l’objectif absolu pour un athlète du ballon orange, car c’est là où le niveau de jeu atteint des sommets. Oui, c’est en NBA que l’on retrouve les meilleurs joueurs de la planète et oui, c’est en NBA où s’affrontent les meilleures franchises. Il est alors compliqué de faire la sourde oreille face aux sirènes de la ligue de basket la plus médiatisée au monde.

L’un des pionniers mais surtout le plus connu des puristes à s’être envolé pour le rêve américain, reste Tony Parker. Drafté en 2001 en 28ème position du 1er tour par les San Antonio Spurs, le meneur français connait aujourd’hui une carrière épique, étoffé notamment de 4 titres de champion NBA, 6 fois All-Star, MVP des Finals en 2007, faisant de lui le meilleur basketteur français de tous les temps. Ce dernier a su montrer la voie à des Nicolas Batum et Rudy Gobert qui ont signé l’année dernière de juteux contrats avec leur franchise respective.

Une formation française qui porte ses fruits

Il n’est pourtant pas à la portée de tous de figurer au sein de la plus prestigieuse ligue de Basket. Si la liste des joueurs français présents en NBA perdure au fil des années, c’est notamment grâce à la performance des centres de formations nationaux. A l’instar du football et du handball pour ne citer qu’eux, la France est un pays où les jeunes sont baignés dans la culture du sport et c’est là qu’intervient la capacité des clubs et du centre fédéral à former des joueurs de très haut niveau. Celle-ci se traduit par les bonnes performances de l’Equipe de France de Basket sur la scène européenne et mondiale (4ème au classement FIBA derrière les Etats-Unis, l’Espagne et la Serbie).

Tony Parker, Boris Diaw, Ronny Turiaf, Evan Fournier, Joffrey Lauvergne, Alexis Ajinça, Johan Petro, Jérôme Moïso et le dernier en date, Damien Inglis, ont tous fait leur début sous le maillot du Centre Fédéral du Basketball à l’INSEP avant de connaître le succès en NBA. Preuve de la qualité de la formation dispensée au CFBB, ces joueurs ont également fait les bonnes heures de la sélection « A » de l’Equipe de France.

Ronny Turiaf, Boris Diaw, Tony Parker, étaient ensemble à l’INSEP. Ils le seront également en Equipe de France, comme sur cette photo prise lors d’un regroupement tricolore à l’Alpe d’Huez en 2006. Crédit : Presse Sports/Carol

Entre 2007 et 2009, Evan Fournier évolue avec le maillot du Centre Fédéral et parfait sa formation de basketteur avant d’évoluer en Pro B, en Pro A puis de s’envoler pour les Etats-Unis aux Magic d’Orlando. Crédit : Bellenger/IS/FFBB

Photo 5 : Avant de rejoindre le centre de formation de Pau-Orthez, Alexis Ajinça a fait ses gammes à l’INSEP. Il évolue aujourd’hui à la Nouvelle Orléans. (Crédit : Bellenger/IS/FFBB

Nos Frenchies seront donc bien présents cette année encore en NBA. Pour les plus anciens l’objectif sera bien évidemment de confirmer tandis que pour les Rookie, il sera l’heure pour eux de prouver.

Liste complète des Frenchies qui évolueront en NBA lors de la saison 2017/2018 :

  • Alexis Ajinça (New Orleans Pelicans)
  • Nicolas Batum (Charlotte Hornets)
  • Evan Fournier (Orlando Magic)
  • Rudy Gobert (Utah Jazz)
  • Timothé Luwawu-Cabarrot (Philadelphia 76ers)
  • Joffrey Lauvergne (San Antonio Spurs)
  • Ian Mahinmi (Washington Wizards)
  • Joakim Noah (New York Knicks)
  • Frank Ntilikina (New York Knicks)
  • Yakuba Ouattara (Brooklyn Nets)
  • Kevin Séraphin (Indiana Pacers)
  • Tony Parker (San Antonio Spurs)
  • Guerschon Yabusele (Boston Celtics)