Coordinatrice des partenariats,  Chloé Perret a rejoint l’association qui s’occupe de confectionner des masques lavables. Elle nous explique en détails cette idée de masques réutilisables.

 

Membre du Centre Communal d’Action Social (CCAS) en temps normal, et coordinatrice en temps de crise, Chloé Perret fait partie de la minorité solidaire Lyonnaise.

Depuis le début de la pandémie, les masques se font de plus en plus rare et manquent, surtout aux professionnels de santé où ils sont en effet, indispensables.

« Le principal intêret c’est qu’ils sont là. Les masques à usage unique manquent cruellement. Tous les organismes tels que les EPHAD, infirmières libérales, ambulanciers ne sont pas équipés.

 

Est alors venue l’idée de Nedjma Sahraoui, habitante de la commune de Bourgoin-Jallieu (Isère), et amie de Chloé. Initialement musicienne et couturière à son temps libre, Nedjma crée une page Facebook appelant des couturières bénévoles à fabriqués des masques lavables. La page a beaucoup de succès, les demandes de masques s’enchaînent et les propositions d’aide au bénévolat se multiplient.

 

« Un groupe Facebook qui a très vite croulé sous les demandes de masques (…) »

 

L’action rassemble aujourd’hui 225 couturières, 22 chauffeurs et 17 gérants de coordination, une belle preuve de solidarité. Et pour se rendre compte « c’est 2155 masques qui ont été livrés à destination des soignants, aide à domicile et structures médico-sociales depuis le 23 mars » nous livre Chloé.

Et pour ce qui est de la confection des masques, ils sont originellement constitués de coton et d’un filtre polaire. Cependant, aujourd’hui, les couturières tentent d’intégrer les normes AFNOR (qui constituent des standards parfois légalement obligatoires pour les entreprise, administrations et associations) en utilisant du tissu technique, donné par des entreprises locales. « Les règles d’hygiène scrupuleusement appliquées par les chauffeurs et couturières », assure Chloé.

 

« La sécurité de tous est notre priorité. Un énorme travail est fait sur les normes émergentes, un énorme travail est fait sur les normes émergentes. »

 

Chloé Perret, tient à préciser que les masques qu’elle et ses collègues confectionnent sont des « masques barrières et non des dispositifs médicaux ». Bien évidemment, il est fourni dans la livraison une fiche de précaution d’entretien d’usage à suivre.

Des kits pour les couturières sont réalisés dans les points relais berjalliens et viennois puis acheminés par des chauffeurs jusqu’aux bénévoles. Une fois réalisés, les chauffeurs se chargent de livrés les organismes dans le besoin.

A ce jour l’organisation est toujours en recherche de matériel, Chloé Perret en a dressé la liste :

  • Coton pour contact de peau ; – Couche filtrante intermédiaire épaisse ; – polaire fine ; – écharpe ; -jogging ; – feutrine ; polaire bicolore ; polyester ; lingette microfibre ; serviette ; élastique ; ruban ; lacet ; fil coton ; bobines vides ; machine à coudre et aiguilles, ainsi que des gants et gel hydro alcooliques pour les chauffeurs.

Elle dispose d’une adresse e-mail : « masquelavable@gmail.com » qui s’occupe d’organiser le dévouement de nouveaux bénévoles ainsi que les dons et demandes d’équipements.

C’est le moment de monter notre solidarité !