Lucas est un passionné d’économie et de gestion depuis son plus jeune âge. En 2016, à 19 ans, il a fondé son entreprise de voyage pour les personnes en situation de handicap dans son école à Lyon.

Lucas Gebhardt est un jeune qui aime entreprendre. À même pas 20 ans, il a créé sa société.

Après un bac économique et social, le jeune homme, originaire du beaujolais, créé son entreprise: https://www.handivoyage.net. C’est durant des vacances en famille qu’il eut l’idée. Lui et les siens avaient loué un logement qui indiquait sur son annonce être accessible en fauteuil roulant. Or, une fois sur place, cette caractéristique s’est avérée fausse. Les vacances ont alors été gâchées, le beau-père de Lucas étant en fauteuil roulant.

Étudiant en licence AES (administration économique et sociale) à l’IAE Lyon, il a fondé HandiVoyage dans le cadre d’une formation pour les étudiants entrepreneurs proposée par son école. Entouré de professionnels, il crée cette entreprise. Celle-ci aurait pu rester au stade de projet comme certaines de ses camarades, mais Lucas a persévéré en comprenant que son entreprise pouvait avoir un avenir radieux. Il voyait en elle une façon de rentrer vite dans la vie active: « je n’ai jamais vraiment apprécié les études et je pensais vraiment que l’entrepreneuriat serait un moyen d’en sortir le plus vite possible » dit-il. Depuis avril, il a lancé la première plateforme collaborative de logements pour les personnes handicapées.

Une entreprise fleurissante

L’entreprise a participé à plusieurs concours. Elle a reçu plusieurs prix celui de la fondation MAAF,  de l’AGEA d’économie solidaire et du Medef. Ils ont aidé à faire gonfler l’entreprise, « il y a eu beaucoup de retombés grâce aux prix et ils l’ont fait connaitre, ça nous a permis de grossir » explique Lucas. Ils l’ont aidé afin de financer HandiVoyage même si au tout début de l’aventure, c’est grâce à des fonds personnels et du crowdfunding qu’il a pu réellement débuter.

Aujourd’hui, le site propose 156 logements dans le monde entier: Sénégal, Maroc, Guadeloupe, France, Monténégro… Lucas a selon ses propres mots, de grandes aspirations pour HandiVoyage: « On veut 450 d’ici le mois de juillet. […] L’idée c’est qu’on devienne le leader du secteur tourisme handicap en France et en Europe, j’ai de grosses ambitions car je pense que tout le monde peut partir en voyage à frais réduits. On veut faire pareil qu’Airbnb, devenir les premiers, conquérir le marché du tourisme accessible en Europe ».

L’atout premier de l’entreprise est de proposer des prix bas. Le jeune homme explique son choix: «Les personnes en situation d’handicap n’ont pas forcément beaucoup de revenus et les prix sont plus hauts. Il y a une inadéquation emploie ressource phénoménale alors on va essayer de faire comprendre à nos concurrents que ce n’est pas en mettant des prix exorbitants qu’ils auront plus de clients ». Les logements proposés sur le site sont loués par des personnes elles-mêmes en fauteuil. Ils sont tous vérifiés afin d’assurer le bien-être des clients. Pour Lucas, il faut « reproduire le confort de la maison en vacance ». Pour cela, sur chaque voyage, le site propose une aide médicale gratuite grâce à des partenariats avec d’autres entreprises.

Lucas ne vit pas encore de son activité d’entrepreneur: « on pourrait mais ce n’est pas l’objectif […] je préfère développer ma structure, faire en sorte d’avoir les prix les plus bas, de ne pas avoir de coûts fixes, d’ici un ou deux ans peut-être ». Pour l’instant, cette situation est possible car le jeune homme étudiant vit chez ses parents. Ces derniers encouragent leur fils: « Mes parents sont fiers, ils sont contents, c’est beaucoup de sacrifices. Ce sont mes premiers supporters avec mes amis, c’est vraiment une chance exceptionnelle d’avoir un tel entourage». En plus de Lucas, ils sont deux à travailler dans l’entreprise: Elsa étudiante à l’Ecole Sup de Com et Solène en deuxième année de techniques de communication à Saint-Etienne.

Un futur déjà bien dessiné

Le jeune homme est fasciné par Steve Jobs qui était selon lui « visionnaire ». Rockefeller est aussi une référence pour lui: « il a eu le courage de monter sa boite, il est parti de rien. J’apprécie beaucoup c’est entrepreneur qui montent ces empires. C’est en partant d’en bas qu’on peut avoir une vision humaine et économique. Il faut aussi respecter toutes les parties prenantes. C’est pour ça qu’on a fait le parti d’être une entreprise éthique ».

Son avenir le jeune étudiant ne le voit pas forcément dans les études: « je vais finir ma licence mais après je ne me projette pas. Je ferai surement une année de césure et si on est leader je me consacrerai à HandiVoyage ».  Et pour son futur un peu plus lointain, il en a déjà une petite idée: «  j’ai beaucoup de projets, d’idées, dans le social, le sociétal et l’environnemental. Je pense que le réchauffement climatique est un enjeu important et il mérite qu’on s’y consacre […] Mais ce n’est pas pour demain » ajoute Lucas. Même si en parlant avec lui, n’importe qui distinguerait sa vive envie de réussir et d’entreprendre.

Son point de vue sur la politique et le handicap

« Pendant ces élections, comme souvent, le handicap a été un peu délaissé. Ils parlent de croissance et d’économie plutôt que de condition humaine.[…] Même si on en a un peu entendu parler à l’entre deux tour » explique l’étudiant.  Selon lui, « la plus importante des mesures serait l’augmentation de l’AAH (l’Allocation des Adultes Handicapés) qui est en dessous du seuil de pauvreté, ce qui est inconcevable dans un pays comme le nôtre. On a un État providence qui est merveilleux, et l’argent est peut-être mal utilisé. On espère qu’il le soit mieux pour que les personnes en état d’handicap qui ont de réel besoin puissent vivre mieux et décemment partir en vacance ainsi que faire des loisirs. 90 % des personnes handicapées qui partent, ne font alors pas d’activités durant leur séjour».

Lucas a fondé son entreprise dans l’optique de permettre aux personnes handicapées de voyager à prix bas. Celle-ci connaît des résultats bien plus qu’encourageant. Ce jeune étudiant de la région lyonnaise est sûrement l’un des grands entrepreneurs de demain.