Mercredi soir, le Groupama Stadium de Décines accueillait la finale de l’Europa Ligue, qui voyait s’affronter Marseille et l’Atlético de Madrid. Le match était extrêmement attendu, tant du côté des supporters, que des autorités qui avaient prévu un important dispositif de sécurité dans toute la ville.

La sécurité à Lyon, défenseur central du match

Ce n’est pas tant les classiques altercations entre supporters des équipes en lice qui étaient en cause, mais la venue des marseillais en terre lyonnaise, domicile de leurs adversaires de l’OL. Les hostilités historiques entre les deux équipes françaises font fréquemment l’objet de bagarres et de menaces, qui n’ont eu de cesse de s’intensifier dernièrement.

À ce titre, un impressionnant dispositif de sécurité avait été déployé dans toute la ville de Lyon, mais particulièrement aux abords du stade afin d’assurer la sécurité de l’évènement. Tout était mis en place pour que les “ultras” ne puissent se rencontrer. Le préfet du Rhône, Stéphane Bouillon, avait pour cela suivi les consignes données par le Ministère de l’Intérieur, qui combinent lutte contre le hooliganisme et risque terroriste. Le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, était par ailleurs présent sur Lyon pour superviser.

 

Présence policière

 

 

1 250 policiers, CRS, et gendarmes

 

Dispositif UEFA

 

 

1 100 stadiers

 

Moyens matériels

 

 

2 canons à eau et un hélicoptère

 

Niveau d’alerte

 

 

Exceptionnelle

 

Source : Chiffres du cabinet du préfet du Rhône

Une ambiance électrique dans les rues

Les mesures préventives de sécurité étaient telles que l’ambiance dans les rues de Lyon en début de soirée était calme. Les animations organisées sur la place Bellecour durant l’après-midi ont cessé avant le début du match. Aux abords de la place, le dispositif policier est, en revanche, resté mobilisé. Certains avaient pourtant fait le déplacement, pensant à tort que le match serait diffusé sur l’écran de la place Bellecour. Des supporters marseillais expriment leur incompréhension face à ce choix : pour eux il est dommage de pouvoir visionner le match uniquement dans un bar, où l’ambiance n’est pas comparable. Un policier explique néanmoins : « rien n’a été changé, il n’était pas prévu initialement de diffuser le match sur écran ici ».

Les camions de CRS stationnant à Bellecour ( Crédits : Blandine Lavignon / Lyon Bondy Blog)

Sur la place des Terreaux l’ambiance est davantage au rendez-vous : les bars sont bondés et la majorité d’entre eux affichent même complet. Cela ne rebute pas les plus motivés, qui suivent le match sur leurs téléphones portables depuis les terrasses des établissements. Deux d’entre eux, Lyonnais sans être inconditionnel de l’OL, pronostiquent une victoire 2-0 pour l’Atletico, avant de conclure : « Que le meilleur gagne ! ». Des drapeaux de l’OL flottent aux fenêtres de certains appartements de la place. La grande majorité du public présent était ainsi venue suivre le match sans animosité.

Les espagnols, qui comptaient déjà à leur palmarès deux titres en Europa Ligue, étaient donnés largement favori. Cependant, le souvenir de la victoire de 1993 et la belle saison de l’OM en coupe d’Europe avait donné de l’espoir aux Marseillais quant à l’issue de ce match. Le début de la finale, marqué par les nombreuses occasions manquées de l’OM, le premier but d’Antoine Griezmann, et la sortie du joueur marseillais Dimitri Payet, est vécu difficilement par une partie des supporters marseillais présents. Les fervents soutiens de l’OL ne tardent alors pas à provoquer les Marseillais en scandant « On est chez nous », ce à quoi ils se voient répondre « Aulas, on va tout casser chez toi ». Alors que le match perd de son dynamisme, les deux groupes commencent à former un attroupement à l’extérieur des bars, qui ne tardent pas à dégénérer en un corps-à-corps entre deux supporters. Les CRS interviennent alors très rapidement, à l’aide de lacrymogène et de la brigade canine.

Les deux groupes se font face ( Crédits : Blandine Lavignon / Lyon Bondy Blog)

À l’intérieur des bars, l’ambiance est plus tranquille. Il a été demandé à ces derniers de ne pas laisser rentrer plus de personnes que leur capacité d’accueil assise ne le permet. La plupart ont installé de grands écrans pour l’occasion. Le deuxième but magistral de Griezmann provoque des acclamations sur toute la place, et relance les chants d’encouragement. Les plus fervents fans de chacune des équipes sont regroupés dans des bars distincts. Le match est ainsi suivi dans le calme, et l’ambiance à l’intérieur du bar est familiale et joyeuse. Le match s’achève sur une défaite cuisante de l’OM (3-0), dominé aisément tout le match par l’Atlético. L’équipe madrilène a su compter sur sa solide défense et son jeu collectif. Côté Olympien, Bouna Sarr réalise tout de même un joli match, témoin de sa progression cette saison.

Les bars de la place des terreaux avaient consigne de fermer dès la fin du match, et les premières provocations entre “ultras” de l’OL et de l’OM ont été immédiates. Les deux groupes de supporters se sont fait face et ont tenté de s’encercler mutuellement. Une nouvelle fois, les CRS sont immédiatement venus s’interposer et encadrer les deux groupes, mais la tension qui persistait était palpable. Les forces de l’ordre ont ensuite progressivement quadrillé la place, empêchant dès lors les différents groupes de se rejoindre. La place se vide alors progressivement des hordes de supporters.

Les CRS se postent entre les groupes ( Crédits : Blandine Lavignon / Lyon Bondy Blog)

Olivier et Pablo, deux Lyonnais habitués des soirs de match sur la place des terreaux, font part de leur déception : « le dispositif de sécurité est excessif, on n’a pas pu vraiment profité d’une ambiance de match, les CRS interviennent dès qu’ils entendent quelques chants, alors que l’ambiance générale est bonne ». Ils expliquent leur désarroi de n’avoir même pas pu rentrer visionner le match dans un de leur bar habituel, faute de place.

Pour les marseillais cependant, le dispositif semble justifié, car comme Baptiste l’explique, la violence entre supporters est réelle : « Dès qu’on est sorti du bar, juste à la fin du match, en 2 minutes des gars cagoulés attendaient à la sortie, quand je les ai vus je suis revenu avertir mes potes ». Ainsi, le groupe d’amis est rassuré par la présence des forces de l’ordre : « Dès qu’ils les ont vus arriver (les CRS), ils se sont cassés ». Malgré la défaite de leur équipe, ils se disent satisfaits de ce match, comme l’exprime Alexandre : « On est content du parcours qu’ils ont eu en Europa League cette saison, c’était déjà incroyable de pouvoir être en finale. »

Excepté la vingtaine d’interpellations de supporters par les forces de l’ordre aux abords du stade Groupama Stadium, la finale de l’Europa League à Lyon s’est déroulée sans violents heurts. Le dispositif sécuritaire exceptionnel a permis d’éviter tout débordement, même si l’ambiance du match en centre-ville s’en est trouvée affectée. Le match fut tout de même une rencontre positive, puisque l’OM aura eu le mérite de disputer cette finale, et que l’Atlético aura su remporter sa troisième Europa Ligue.